• Free delivery to the UK from ÂŁ50
  • Free delivery to the US from ÂŁ150

Masque en tissu lavable

JOURNAL DE BORD

Retour sur la mobilisation de la filière textile
Pour répondre à la demande de masques de protection dans le cadre de la crise du COVID-19, Le Slip se mobilise aux côtés de nombreux partenaires et en collaboration avec les autorités.

Le président du Slip Français, Guillaume Gibault, raconte au fil des jours cette aventure collective qui anime l’équipe du Slip et la filière textile.
Retour sur cette mobilisation depuis le 30 mars à aujourd’hui.

Lundi 30 mars

Vous le savez peut-être mais à la différence de certaines de nos marques amies, 1083, Saint James, Petit bateau ou encore Tuffery, Le Slip Français n’a pas ses propres ateliers et ne peut donc pas choisir de fabriquer directement des masques dans un contexte où, à l’annonce du confinement, 25 de nos 27 ateliers partenaires décident, par mesure de précaution, de fermer leurs portes.

Toute l’année, nous faisons travailler la filière un peu partout en France, nous coordonnons, organisons les ateliers et les différentes méthodes de travail de chacun pour fabriquer et distribuer près d'un million de produits par an.
Alors, à l’heure de la crise, quand la filière toute entière se mobilise, quand elle rouvre ses portes pour transformer les lignes de production et fabriquer des masques, produit totalement inconnu pour la plupart, il était inconcevable pour nous de rester sans rien faire.

On clame haut et fort tous les jours que si on veut changer le monde, il faut commencer par changer de slip. A nous d'ĂŞtre Ă  la hauteur et de nous mobiliser avec eux.
Mais comment nous rendre utile ?

Face à l’urgence, nous avons très vite compris que les ateliers avaient besoin d’aide :
Quel modèle de masque fabriquer ?
Comment s’assurer de leur performance ?
Comment s’approvisionner en matières ? En fournitures ?
Comment mettre en place des mesures de sécurité pour les équipes ?
Comment et Ă  qui les donner ? les vendre ?

Alors, de façon pragmatique, nous avons fait ce que nous faisons toute l’année : nous avons commencé à les aider à se coordonner, à s’organiser.

De façon totalement bricolée, au début, avec les quelques ateliers que nous connaissons le mieux. Puis, face à l’ampleur de la demande, nous avons mis les bouchées doubles et nous sommes mis au service du Comité Stratégique de la Filière Mode et Luxe, en collaboration étroite avec le Ministère de l’Economie et des Finances, dont la mission est justement de coordonner la filière textile Made in France.

C’est ce que nous faisons depuis 10 jours en déployant des outils numériques collaboratifs pour essayer, de notre mieux, d’aider à structurer la filière au travers d’un groupement dans la mission que le gouvernement lui a confié avec le CSF : fabriquer des masques de protection simples à destination de toutes les entreprises de France.

Après seulement quelques jours, dans un incroyable élan de solidarité collective, le Groupement “CSF” Mode et Luxe compte ce matin 320 ateliers et fabricants de matières mobilisés un peu partout en France, une capacité de production de 600 000 masques/jours et a reçu sur les dernières 72H une demande de 9 millions de masques à fabriquer.

Je vous propose ici un retour en arrière.

UN FORMIDABLE ÉLAN DE SOLIDARITÉ COLLECTIVE

Mercredi 18 mars

Nos ateliers partenaires Lemahieu à Lille et Histoire de Femme à Manthes sont les premiers à se lancer en urgence dans la fabrication de masques et utilisent certaines de nos matières.

Dans la journée, le Ministère de l’Economie et des Finances missionne le Comité Stratégique de la Filière Mode et Luxe (CSF) pour coordonner la filière en groupement et fabriquer à grande échelle des masques de protection à destination des entreprises de secteurs essentiels à l’économie du pays : Agro alimentaire, Distribution, Pharmacie, Gestion de l’eau, Gestion des déchets.

Frédérique Gerardin, Déléguée du CSF, met en place, en urgence dans la nuit avec son mari, un site dédié pour recenser les ateliers mobilisés.

Jeudi 19 mars

Certains de nos ateliers, Histoire de Femme, Lemahieu, Saint James, Kiplay, La Confection du Coglais, Eminence et Regain, comme beaucoup d’autres un peu partout en France, avancent de leur mieux, sur la fabrication des masques. Aucun d'eux n'en a jamais fabriqué.

L’élan de solidarité est immense, la confusion presque tout autant :
Quel modèle fabriquer ?
Comment le faire valider auprès de la Direction Générale de l’Armement ?
Comment trouver les matières ?

J’attire ici votre attention sur un point : la plupart des ateliers textiles ne sont pas en capacité de fabriquer de masques FFP2 selon la norme sanitaire NF EN 149 à destination du personnel médical directement exposé au virus (l’Etat a directement réquisitionné les usines spécialisées dans la fabrication de ces masques FFP2 et complété par des commandes à l’export).

La mission confiée au CSF par Bercy est, elle, de fabriquer à grande échelle des masques anti projections simples pour protéger non pas le personnel soignant au contact direct du virus mais les salariés qui continuent à travailler dans leurs entreprises pendant la crise du COVID 19.

Ces masques “simples” pour la plupart en tissus lavables et réutilisables empêchent les projections et empêchent donc de transmettre le virus. Ils permettent une sécurité totale pour une entreprise dès lors que tous les salariés le portent. Pour être mis sur le marché, ces masques anti projections simples doivent impérativement être testés sur 2 critères : leur respirabilité et leur filtration.

Oui, je vous abreuve un peu de termes techniques mais il ne faut pas prendre les choses à la légère, c’est notre responsabilité d’être très clair sur ce que nous pouvons faire, ou non. Chacune des entreprises qui donne ou met sur le marché ces produits, même dans ce contexte d’urgence absolue, est responsable de l’information qu’elle fournit.

Histoire de Femme lance la première production de masques “simples” à destination d'un EHPAD, à court de stock, qui en a fait la demande. On leur donne accès à nos stocks de matières, on leur en livre d’autres si besoin et on coordonne les échanges pour gagner du temps.

Vendredi 20 mars

Au fil des échanges avec les 7 ateliers, nous comprenons que tous se mobilisent à travers la France et qu’il faut absolument les aider à se coordonner au niveau national tant la tâche est complexe : transformer ses lignes de production du jour au lendemain pour fabriquer un produit qu’on ne connaît pas, assurer la sécurité de ses équipes dans le contexte sanitaire, comprendre et appliquer le cadre technique et juridique d’un produit de santé, s’approvisionner... Tous, partout, se mettent derrière les machines.

Je prends contact avec le Comité Stratégique de Filière et leur propose notre aide pour coordonner le groupement. Guillaume de Seynes, son président, Frédérique Gerardin, Déléguée, Léa Marie de l'IFTH et Référente technique CSF et Marc Pradal, Président de l’UFIMH m’accueillent dans leur petite équipe.

Le CSF a du pain sur la planche : définir un référentiel de masques anti projections qui soient les plus performants possible au niveau national et coordonner efficacement en quelques jours les ateliers français pour une fabrication à grande échelle.

Vendredi Soir, nous sommes en contact avec 16 ateliers. C'est un début.

Samedi 21 et Dimanche 22 mars

En lien avec le site public du CSF
, l'équipe du Slip déploie des outils numériques collaboratifs de pointe pour coordonner le groupement (un bon vieux Google Sheets et une boucle Whatsapp, on a pas de pétrole mais on a des idées !). Un à un nous prenons contact avec tous les ateliers français et leur proposons de rejoindre le groupement. Cet outil permet à chacun (établissements demandeurs de masques, confectionneurs, fournisseurs de matières…) de recenser ses besoins et/ou ses ressources en temps réel et d’entrer en contact directement avec celles et ceux qui pourront l’aider ou qui sont dans le besoin.

Dimanche soir, 92 façonniers et 42 fabricants matières ont rejoint le groupement pour un potentiel de fabrication de 80 000 masques par jour.

Lundi 23 mars

Les ateliers continuent de nous rejoindre et de prendre en main les outils. A 14h30 nous ouvrons la demande de masques au public sur le site du CSF. A 21h, 20 000 masques sont déjà demandés sur cette plateforme.

De son coté, notre atelier partenaire Lemahieu déploie, avec le CHU de Lille, l’opération #DesMasquesEnNord et lance un appel à ceux qui peuvent coudre. 24h plus tard, plus de 5 000 couturières et couturiers ont répondu et Lemahieu leur envoie des kits de masques à fabriquer chez eux/elles avec de la matière que nous lui avons fourni.

Mardi 24 mars

En 24 heures, la plateforme regroupe désormais 130 ateliers de confection, 90 fabricants de matières avec une capacité de production de 300 000 masques par jour.

L'équipe du Slip continue d'intégrer de nouvelles entreprises au groupement, de les accompagner pour prendre en main les outils et coordonne les demandes de masques. A la fin de la journée : 1 million de masques sont demandés. Et cela s’accélère de jour en jour.

Vendredi 27 mars

En 4 jours, 8 millions de masques sont demandés sur l’outil collaboratif, la capacité de production est passée de 300 000 à 500 000 masques par jour.

Samedi 28 mars

Nous avons organisé hier matin une visioconférence avec Agnès Pannier-Runacher, la Secrétaire d’État auprès du Ministre de l’Economie, qui a porté la voix du gouvernement pour guider et encourager les 320 entreprises qui ont rejoint le groupement du CSF. Son message était clair : le pays a besoin de la filière Made in France pour protéger la population et le gouvernement compte sur nous.

Le cadre technique progresse Ă  grand pas et les ateliers se mettent en ordre de bataille pour fabriquer Ă  grande Ă©chelle.
D’un côté, le nombre de masques demandés grimpe en flèche, de l’autre, nous n'avons jamais vécu si grande mobilisation dans la filière qui, on le rappelle, a vu 80% de ses effectifs disparaître en 30 ans (460 000 emplois textiles en France dans les années 90 contre 96 000 en 2018).

VENDREDI 3 AVRIL

A ce jour, 578 Entreprises sont engagées dans le groupement et la capacité de production a atteint les 800 000 masques / jour. La demande de masques, ne cesse d’augmenter avec 14 millions de masques en demande.

LUNDI 30 MARS

La Direction Générale de l’Armement valide les masques qui sont fabriqués comme Masques à Usage Non Sanitaire (UNS).
Deux types de masques sont créés :
- Catégorie 1 : à usage des professionnels en contact avec le public
- Catégorie 2 : à visée collective pour protéger l’ensemble d’un groupe portant tous ces masques

LUNDI 6 AVRIL

Grande nouvelle : le groupement intègre les surblouses à son action.
C’est un besoin très fort qui a été identifié par les hôpitaux et sur lequel la filière textile peut aussi aider à son niveau. Le groupement CSF met à jour ses outils et mobilise les entreprises dans la fabrication à grande échelle de blouses avec une notice technique dédiée.

MARDI 7 AVRIL

Presqu’un mois après le lancement du groupement, il regroupe déjà 610 entreprises et la mobilisation sur les surblouses grandit en peu de temps.
Masques :
Capacité de production : 800 000 masques / jour
35 Millions de masques en demande
Surblouses :
Capacité de production : 1 800 surblouses / jour
210 000 en demande

JEUDI 10 AVRIL

Jeudi soir, Envoyé Spécial a suivi Lemahieu, notre atelier partenaire, qui se mobilise avec Des Masques en Nord pour le CHU de Lille en fabriquant des masques avec nos tissus.

Cliquez ici pour voir le passage sur YouTube
Cliquez ici pour télécharger le passage

VENDREDI 24 AVRIL

Le groupement du Comité Stratégique de la Filière Mode et Luxe devient Savoir Faire Ensemble !
Savoir Faire Ensemble publie une tribune pour raconter cet incroyable élan de solidarité.

MERCREDI 29 AVRIL

Savoir Faire Ensemble se mobilise pour réaliser un tutoriel de fabrication de masques à la maison avec des tissus évalués par la DGA dans l’une des 2 catégorie UNS 1 ou 2.
Pour garantir l’efficacité de ces masques il faut absolument utiliser des matières qui répondent à des caractéristiques techniques précises en terme de « respirabilité » et de « filtration ».
Ces matières, dont les fabricants ont fait évaluer ces caractéristiques, sont indiquées sur cette page.

LUNDI 4 MAI

La mobilisation continue depuis 1 mois et c’est plus de 1 000 entreprises qui ont rejoint le Groupement Savoir Faire Ensemble.

Masques :
Capacité de production : 5 millions de masques / jour

Surblouses :
Capacité de production : 870 000 surblouses / jour


Au fil des semaines, la mobilisation s’organise, des masques sont livrés et l’aide s’étend au delà des masques.
Demain, ce sera peut-être des charlottes, draps, tabliers de protections dont les demandes commencent à affluer. Autant de produits aujourd’hui très difficiles à trouver ailleurs, à faire venir en France, dont nous avons cruellement besoin et que notre industrie ne sait plus produire à l'échelle.

Et demain ?

Ce groupement devrait nous permettre d'être agiles, coordonnés et efficaces pour transformer du tout au tout notre outil industriel en l’espace de quelques courtes semaines.

Demain, après cette crise, nous l'espérons tous, elle sera la base d’un nouvel élan pour notre filière textile. Le point de départ d’une mode réinventée : locale, durable, innovante, ancrée dans nos territoires qui contribuera, je l'espère, à profondément transformer notre modèle économique.
Aujourd'hui, au delà du sentiment de se rendre utile face à la crise du COVID-19, c’est, je crois, ce que défendent les milliers d’ouvrières et d'ouvriers qui, courageusement, se sont remis derrières les machines.

LES LIENS UTILES

Vous avez des questions sur les masques ou sur le Groupement Savoir Faire Ensemble ?
Cliquez ici pour en savoir plus.  

Vous ĂŞtes un particulier et vous cherchez des masques ?
Cliquez ici pour dĂ©couvrir les masques confectionnĂ©s par Le Slip Français..  
En parallèle, Savoir Faire Ensemble vous recommande une liste d’ateliers Français auprès desquels vous pouvez acheter directement des masques “Grand Public” fabriqués en France et dont la filtration est également garantie.
Cliquez ici pour en savoir plus.   

Vous ĂŞtes un particulier et voulez fabriquer vous-mĂŞme votre masque ?
Le groupement Savoir Faire Ensemble a publiĂ© son tutoriel officiel avec notamment les recommandations sur les matières Ă  utiliser. Cliquez ici pour en savoir plus.   

Vous ĂŞtes un particulier et vous souhaitez savoir comment laver votre masque ?
DĂ©couvrez nos conseils pour laver votre masque en cliquant ici.     

Vous rechercher des masques pour votre entreprise ?
Vous pouvez déposer une demande sur le site Savoir Faire Ensemble. Cliquez ici pour accéder au formulaire.

Vous êtes confectionneur ou fabricant de matières et vous souhaitez vous mobiliser avec Savoir Faire Ensemble pour fabriquer des masques ou des blouses ?
Cliquez ici pour en savoir plus.     

Vous êtes un professionnel de santé et avez besoin de masques ?
Cliquez ici pour en savoir plus.  
Bag
0 product
Oh no,
Your bag is naked!